La Banque Postale autorisée à prêter aux entreprises :

Publié le par A6pro ! Votre Solution Administrative !

1061200_photo-1284031781188-1-0_150x113.jpg

Le Ministère de l’Economie vient d’autoriser la Banque postale à proposer des crédits aux entreprises. Les premières offres seront commercialisées en 2011.


A sa naissance, en 2005, la Banque Postale était cantonnée au crédit immobilier et à l'assurance vie par son autorité de tutelle, le ministère de l'Economie.
Elle a reçu, fin 2007, l'autorisation de se lancer dans le crédit à la consommation (lancement concrétisé au printemps 2010), puis, fin 2008, dans l'assurance dommages (premiers produits commercialisés en décembre 2010).
Restait le crédit aux entreprises pour achever de compléter son offre en banque de détail et s'aligner sur ses grands concurrents privés.
Début février, le président de la République Nicolas Sarkozy avait évoqué la possibilité de laisser la Banque Postale financer les entreprises et demandé au président de sa maison mère La Poste, Jean-Paul Bailly, de lui faire des propositions en ce sens.
L'établissement dispose d'ores et déjà d'une force de frappe de 7 milliards d'euros pour allouer des crédits aux entreprises.
Cette enveloppe correspond à la partie des dépôts effectués à la Banque Postale sur le Livret A et le Livret de développement durable (LDD) qui devrait normalement être consacrée à cet emploi, mais qui est actuellement centralisée à la Caisse des dépôts (CDC), faute d'agrément.
Les entreprises et les collectivités pèsent aujourd'hui 6% environ du produit net bancaire (PNB, équivalent du chiffre d'affaires) de l'établissement, qui sans proposer de crédit leur offre divers services bancaires.
Parmi ses clients, la filiale du groupe La Poste compte 2.000 grandes entreprises, 17.000 PME et 99.000 très petites entreprises (TPE) et clients professionnels, trois catégories de clientèle qu'elle entend viser à travers sa nouvelle offre déployée en 2011.
"Nous ne partons pas de zéro", a fait valoir le président du directoire Patrick Werner lors de la conférence de presse de présentation des résultats du premier semestre. "Nous connaissons les entreprises, mais nous ne connaissons pas l'activité de financement des entreprises", a-t-il expliqué.
La banque entend ainsi s'appuyer sur des prestataires, "qui eux, sont des spécialistes", a indiqué M. Werner, tout en précisant que l'établissement ne créerait pas pour autant de société commune en partenariat avec un acteur du secteur, comme elle a pu le faire en crédit à la consommation (Société Générale) ou en assurance dommage (Groupama).
Bien qu'entrant sur le marché du financement des entreprises, la Banque Postale en restera à des prestations de banque de détail (prêts, crédit-bail, affacturage, mobilisation de créances), sans s'aventurer sur le terrain de la banque de financement et d'investissement (financements structurés, émissions obligataires notamment), a précisé M. Werner.

Publié le 09.09.2010header-logo-lp.png

 

C’est un tournant important dans l’histoire de Efiposte, devenue La Banque postale le 1er janvier 2006.
Après avoir reçu l’autorisation gouvernementale de proposer des crédits à la consommation et des produits d’assurance vie, la filiale à 100 % du groupe La Poste va désormais être habilitée à commercialiser des crédits pour les entreprises, offres qu’elle mettra progressivement sur le marché en 2011.
Les Petites et Moyennes Entreprises (PME) et les très petits établissements (TPE), qui constituent le gros de sa clientèle professionnelle (116 000 comptes) seront son cœur de cible, même si le financement des grandes entreprises (2 000) entrent aussi dans ses nouvelles prérogatives.
Ce service d’importance vient désormais sa gamme d’offre au détail, ce qui lui permet de s’aligner sur les autres grandes banques privées.
Une enveloppe de sept milliards d’euros, issus des placements effectués sur les livrets A et les livrets Développemet Durable, est déjà disponible pour financer ces nouveaux produits qui seront lancés avec un certain degré de prudence :   au premier semestre, la Banque Postale affiche « un coût du risque de 29 millions seulement, à comparer avec des encours de crédits de 34 milliards d'euros » (source : Le Figaro).
Néanmoins, le financement des entreprises ouvre de nouvelles persectives à la Banque Postale
: la clientèle professionnelle pèse déjà 6% environ de son produit net bancaire (contre 35% pour l’ensemble des autres banques). 

La Banque Postale a reçu, début août, le feu vert de la ministre de l'Economie pour préparer une offre de aux entreprises, a indiqué jeudi la filiale du groupe La Poste en marge de la présentation de ses résultats.
"La Banque Postale abordera ce de manière progressive, avec de premières réalisations en 2011", a précisé l'établissement dans son communiqué.
 

Publié le 13 septembre 2010logo-ce.gif

Publié dans Partenaires

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article